Le Mois du film documentaire

Le Mois du film documentaire

Pendant 19 ans, de décembre 1851 à septembre 1870, Victor Hugo est exilé hors de France, en raison de son opposition politique à l’empereur Napoléon III. Cet exil loin de la terre natale qu’a vécu le célèbre écrivain est le quotidien de 258 millions de personnes dans le monde qui ne vivent pas dans leur pays de naissance, pour des raisons politiques, économiques, climatiques mais aussi professionnelles ou familiales. À l’occasion de la 20e édition du Mois du film documentaire, les deux films projetés à la Maison Victor Hugo sont des instantanés de ces vies en exil aujourd’hui, témoignages de leur diversité, de leurs difficultés et de leur richesse.

Atelier de conversation

De Berhnard Braunstein, Supersonicglide, 2017

Dans la Bibliothèque Publique d’Information, au Centre Pompidou de Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent dans l’Atelier de Conversation, chaque semaine, pour parler français. Les réfugiés de guerre côtoient les hommes d’affaire, les étudiants croisent les victimes de persécutions politiques. Pour différents qu’ils soient, les participants partagent un objectif commun : ils se débattent avec une nouvelle langue.

Dimanche 10 novembre à 16 h
Durée : 1 h 10
Entrée libre dans la limite des places disponibles (50 personnes)

Paris Stalingrad

D’Hind Meddeb et Thim Naccache, France, 2019

Ce film est un portrait de Paris vu par Souleymane, 18 ans, réfugié du Darfour. Arrivé en France après un périple traumatisant de cinq longues années, la « ville lumière » dont il avait rêvé, loin de répondre à ses attentes, lui inflige de nouvelles épreuves. À la dureté des situations, répond sa poésie douce-amère. En suivant Souleymane, le film retrace le parcours des migrants dans Paris : les campements de rue, les interminables files d’attente devant les administrations, les descentes de police et la mobilisation des habitants du quartier pour venir en aide aux réfugiés.

Dimanche 17 novembre à 16 h
Durée : 1 h 30
Entrée libre dans la limite des places disponibles (50 personnes)
La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Hind Meddeb pour un moment d’échanges et de débat.